Le Prix de Genève 2017 pour les Droits de l’Homme en Psychiatrie est décerné à une organisation non gouvernementale luttant pour les droits des malades mentaux au Guatemala, ALAS Pro Salud Mental.

Fondée en 2013 par le Dr. Alejandro Paiz Macz, cette organisation a repris un projet en faveur de la santé mentale dans la région de Solola. Elle est actuellement la seule ONG du Guatemala s’employant à favoriser l’accès aux soins psychiatriques au sein de la population rurale indigène.


Dr. Alejandro Paiz Macz

Le jury du Prix de Genève l’a retenue parmi quinze candidatures, individuelles ou institutionnelles. Son président Luc Ciompi, Professeur émérite de psychiatrie sociale de l’Université de Berne, relève que cette organisation travaille dans une région du monde particulièrement défavorisée, où règnent la pauvreté et la violence, ravagée par une longue guerre civile et par des catastrophes naturelles (ouragans). De plus, une forte discrimination frappe les populations indigènes. Le jury a considéré le travail courageux et même dangereux de Alas Pro Salud Mental comme particulièrement méritoire.

L’organisation lutte depuis plusieurs années, de manière systématique, intense et efficace pour les droits de l’homme et contre la stigmatisation et la discrimination des malades mentaux, répondant ainsi à l’objectif spécifique du Prix de Genève. Elle déploie son activité sur divers plans: campagnes médiatiques, articles et conférences, action pratique. Elle agit non seulement dans les agglomérations, mais aussi dans les campagnes, parmi des populations indigènes particulièrement mal soignées.

L’action pratique de l’ONG est considérée comme très compréhensive et centrée sur la personne (« holistique », psycho-socio-biologique). Elle se focalise sur la réinsertion et la réadaptation sociales. Elle connaît plusieurs formes : traitement ambulatoire, soins à domicile, par unités familiales et groupes d’auto-assistance,  microcrédits, qui permettent de viser des résultats tangibles.

Le Prix de Genève pour les Droits de l’Homme en psychiatrie a été créé en 1999 à Genève, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Il a été remis pour la première fois en septembre 2000, sous la présidence de Robert Badinter. Il est décerné cette année pour la septième fois.

Le Conseil de Fondation du Prix de Genève pour les Droits de l’Homme en psychiatrie est présidé par le Professeur honoraire François Ferrero, de l’Université de Genève. Le jury du Prix 2017 a réuni plusieurs personnalités reconnues sur le plan international : Marianne Kastrup, de Copenhague, Elisabeth Decrey-Warner, présidente de l’Appel de Genève, Dinesh Bhugra, président de l’Association mondiale de psychiatrie, Pierre Vallon, président de la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP), Robert Roth, professeur de droit pénal à l’Université de Genève et Olivier Vodoz, avocat et ancien conseiller d’Etat de Genève.